Sélectionner une page

Plus de 500 ans se sont écoulés depuis que Gasparo Contarini, l’un des intellectuels les plus éclairés du XVIe siècle, a décidé de construire son palais dans l’extrême nord de la ville.

L’une de ses principales idées a probablement été celle d’avoir un grand jardin avec un « Casino » (= petite maison), selon la tradition vénitienne, pour accueillir ses amis et, dans son cas, les intellectuels de la ville.

L’un des grands thèmes du moment était celui de la Réforme de l’Église, pour laquelle Gasparo s’est engagé de toutes ses forces, bien que sans grand succès. Son rêve d’éviter la rupture entre luthériens et catholiques sera destiné à rester ainsi avec les conséquences connues de la division de l’ »unique » église, en deux différentes.

Parmi les intellectuels éminents qui fréquentaient le casino et discutaient de sujets variés d’actualité, il y avait également Titien et l’Arétin.

Ils étaient appelés « esprits » c’est à dire « esprits élus », et la (relativement) « petite maison » de l’époque est encore appelée « Casin dei Spiriti »; cependant, dans l’imagination populaire, le bruit du ressac des vagues rappelait le bruit provoqué par les fantômes. Par conséquent, le changement de sens de « intellectuels » à « fantômes » a ainsi été bref.

En l’honneur donc de la tradition populaire, le dernier propriétaire M. Eggs, a organisé des soirées dans lesquelles il a imposé à ses invités, ainsi qu’aux domestiques et à tous les participants, de s’adapter à ce thème en matière de costumes et de comportement.

Ce sera précisément lui, qui tenait pourtant énormément au jardin, à devoir abandonner, vu sa taille, la possibilité de l’entretenir comme il le souhaitait et de le maintenir en bon état.

La vente de la propriété d’origine de Contarini a été difficile pour lui et M. Eggs a été obligé de la diviser en deux. Ainsi, deux acheteurs différents sont devenus ses propriétaires actuels.

De la porte d’entrée, on aperçoit les deux propriétés, celle à gauche de l’entrée, appelée Casa Cardinal Piazza, avec son jardin paysager comme un bois avec de grands arbres épais. L’autre, à droite, appelée la Petite Maison de la Divine Providence, Cottolengo, se développe avant tout comme un jardin au sens strict, avec des fleurs, de grands espaces verdoyants et des arbres dispersés. Il est impressionnant de voir comment la nature peut changer très rapidement en quelques décennies.

Dans cet article, je prends seulement en considération la propriété des Sœurs du Cottolengo à qui sont restés le casino et la fresque intéressante de la chapelle actuelle datant du XVIIIe siècle.

les huit Doges de la famille Contarini, la seule à Venise à avoir été représentée huit fois au plus haut poste de l'État ; monochrome du plafond

les huit Doges de la famille Contarini, la seule à Venise à avoir été représentée huit fois au plus haut poste de l’État ; monochrome du plafond

 

: quelques-uns des "capitaines de mer", une autre grande fierté de la famille Contarini, représentés sur l'un des monochromes du plafond

: quelques-uns des « capitaines de mer », une autre grande fierté de la famille Contarini, représentés sur l’un des monochromes du plafond

 

détail angulaire de la fresque de l'école de Tiepolo

détail angulaire de la fresque de l’école de Tiepolo

 

partie centrale de la fresque du plafond avec le blason des Contarini enrichi par la couronne (pour la nomination de Comte de Giaffa, c’est-à-dire Zaffo, en Palestine, attribuée par Caterina Cornaro, Reine de Chypre, à Giorgio Contarini en 1473). Le titre a fait Contarini le premier dignitaire de l'île, mais après la conquête turque, le titre est resté seulement honorifique, bien que très convoité

partie centrale de la fresque du plafond avec le blason des Contarini enrichi par la couronne (pour la nomination de Comte de Giaffa, c’est-à-dire Zaffo, en Palestine, attribuée par Caterina Cornaro, Reine de Chypre, à Giorgio Contarini en 1473). Le titre a fait Contarini le premier dignitaire de l’île, mais après la conquête turque, le titre est resté seulement honorifique, bien que très convoité

 

détail de la fresque de Venise reconnaissable par la corne ducale, accompagnée du lion de Saint Marc aux longues moustaches, tandis que dans le ciel les putti flottent avec le collier que la République attribuera également aux descendants Contarini, pour une reconnaissance ultérieure du titre de Comte

détail de la fresque de Venise reconnaissable par la corne ducale, accompagnée du lion de Saint Marc aux longues moustaches, tandis que dans le ciel les putti flottent avec le collier que la République attribuera également aux descendants Contarini, pour une reconnaissance ultérieure du titre de Comte

 

Le jardin a changé de visage et n’a plus conservé les caractéristiques du jardin à l’italienne, comme cela nous a été transmis grâce à une belle vue de Francesco Guardi datant de la fin du XVIIIe siècle. Il est au contraire assez éclectique, il a une étrange petite colline du XIXe siècle, plus précisément de la période romantique, avec une piscine au centre, remplie de nénuphars et de poissons rouges « ornementaux »,  évidemment différents des nombreuses espèces de la lagune vénitienne.

panorama de la petite colline, vers l'est

panorama de la petite colline, vers l’est

 

Il est aussitôt évident en entrant, que les propriétaires précédents et actuels se sont préoccupés de surélever certaines zones pour les isoler de l’acqua alta.

Les sœurs manifestent leur dévotion à la Vierge avec les roses; le long du chemin parallèle au petit port, on peut voir une belle rangée de roses blanches Kosmos et de Sevillana rouges.

allée avec les roses Kosmos et Sevillana à droite et Pénélope à gauche

allée avec les roses Kosmos et Sevillana à droite et Pénélope à gauche

 

roses Kosmos et Sevillana, détail

roses Kosmos et Sevillana, détail

 

Mais de nombreuses autres petites roses couvre-sols égayent le chemin, comme le rosier Pénélope blanc et la rose Satina.

roses Pénélope avec leurs séduisantes étamines dorées

roses Pénélope avec leurs séduisantes étamines dorées

 

En hiver, bien sûr quand les roses se reposent et nous privent de leurs fleurs, c’est la Nandina (appelée Bambou sacré) qui devient la principale protagoniste, une belle plante avec des baies rouges très persistantes.

haie de Nandina domestica dans la phase des baies rouge carmin

haie de Nandina domestica dans la phase des baies rouge carmin

 

Peu commun à Venise, également à cause de l’espace limité de la plupart de nos jardins, le Buddleia est ici dans différentes couleurs, présent à la fois dans le jardin et dans l’ancien potager. Cette fleur est commune le long des fossés, mais pas dans ma ville. Il y a également le très parfumé Philadelphus (appelé Seringat),

fleurs de Philadelphus (Seringat), utilisées comme alternative à celles d'oranger, grâce à son parfum d'ivresse très similaire

fleurs de Philadelphus (Seringat), utilisées comme alternative à celles d’oranger, grâce à son parfum d’ivresse très similaire

des fleurs souvent choisies pour les bouquets des mariées, qui ici est peut-être en concurrence avec la Sauge de Jérusalem qui se trouve devant lui.

Phlomis fruticosa, populairement appelé Sauge de Jérusalem à la fois pour ses feuilles et pour son parfum aromatique semblable à ceux de la sauge

Phlomis fruticosa, populairement appelé Sauge de Jérusalem à la fois pour ses feuilles et pour son parfum aromatique semblable à ceux de la sauge.

 

Le jardin dispose également d’une rose antique, la Rose Chinensis Mutabilis,

Rose Chinensis Mutabilis avec ses fleurs simples, "emmêlées" et aux couleurs changeantes du jaune à l'orange au rose cuivré ou au violet intense

Rose Chinensis Mutabilis avec ses fleurs simples, « emmêlées » et aux couleurs changeantes du jaune à l’orange au rose cuivré ou au violet intense

 

légère comme un papillon, dont les fleurs -comme son nom l’indique – changent continuellement de couleur au cours de sa vie; c’est l’une des premières roses chinoises introduite en Europe au XVIIIe siècle qui, croisée avec les nôtres, les a transformées en leur permettant une floraison plus longue.

Seules des traces du jardin du XVIIIe siècle, comme il nous a été transmis par Guardi, sont restées dans l’organisation des espaces existants : parmi eux, clairement visible, le chemin qui formait un bras de l’ancienne croix latine avec une ouverture

: ouverture sur le côté du petit port actuel avec les baies rouges de la Viorne tin

: ouverture sur le côté du petit port actuel avec les baies rouges de la Viorne tin

 

sur l’actuel petit port d’un côté et un grand kiosque incorporé au couloir récent de l’autre.

kiosque qui marquait le chemin du bras court de la croix antique

kiosque qui marquait le chemin du bras court de la croix antique

 

Ce dernier a été construit pour diviser les deux propriétés et les rendre indépendantes (même si c’est au détriment de la vue d’ensemble), mais surtout pour relier la maison principale, c’est à dire le Palais, avec le casino (le bâtiment dont nous avons parlé ci-dessus, situé au bout de presque chaque jardin, souvent beaucoup plus petit que le nôtre, et utilisé selon les cas comme une bibliothèque, un salon de thé, un lieu pour des réunions non officielles, etc.).

Le Casino est aujourd’hui une zone habitée par les religieuses, alors que le Palais est occupé par des femmes âgées qui ne sont pas autonomes.

Au centre des deux grands parterres de fleurs, il y en a deux plus petits, entourés par les mêmes roses rouges et blanches aperçues le long du chemin, dont deux arbres inévitables sont au centre, le jujubier dans l’un et la grenade dans l’autre.

parterre de fleurs intérieur avec jujubier bordé des mêmes roses que le sentier

parterre de fleurs intérieur avec jujubier bordé des mêmes roses que le sentier

 

Le long des murs du couloir, on peut trouver également des plantes méditerranéennes comme la Cinéraire et la Santoline petit-cyprès qui, avec leurs feuilles argentées protégées par un duvet, retiennent la rosée de la nuit pour assurer l’humidité nécessaire pendant la journée.

Cinéraire au premier plan suivi de la Santoline petit-cyprès

Cinéraire au premier plan suivi de la Santoline petit-cyprès

 

On trouve également de belles plantes de myrte

un myrte du jardin; une plante sacrée pour Vénus, utilisée pour les couronnes des poètes qui chantaient l'amour, liée par extension à la poésie et aux fêtes en général

un myrte du jardin; une plante sacrée pour Vénus, utilisée pour les couronnes des poètes qui chantaient l’amour, liée par extension à la poésie et aux fêtes en général

 

et d’innombrables hortensias, toujours en difficulté à Venise en raison du manque de fer dans le sol.

Et maintenant quelques mots sur la partie précédemment utilisée comme potager:

un aperçu de la zone, un potager dans le passé, et transformée aujourd’hui en pelouse verte avec des parterres

un aperçu de la zone, un potager dans le passé, et transformée aujourd’hui en pelouse verte avec des parterres

 

il y a un grand magnolia magnifique et quatre beaux ifs taillés; les ifs sont des espèces dioïques (mâles et femelles) et l’on peut clairement voir la différence dans deux saisons de l’année, parce que les femelles ont des feuilles vert clair au printemps, et des arilles rouges en automne, dont les oiseaux sont particulièrement friands.

Dans cette zone se trouve également un bel arbre avec de longues grappes blanches appelées Prunus lusitanica.

Prunus lusitanica également appelé Laurier du Portugal ; en fait, le nom se réfère à la "Lusitania", une province romaine correspondant en grande partie au Portugal d'aujourd'hui dont elle provient

Prunus lusitanica également appelé Laurier du Portugal ; en fait, le nom se réfère à la « Lusitania », une province romaine correspondant en grande partie au Portugal d’aujourd’hui dont elle provient

 

Parmi les hortensias de différentes couleurs, timidement cachés, qui égayent ces parterres, en plus de la belle Ayesha, aux sépales en forme de petites tasses ou cuillères à café,

hortensia Ayesha

hortensia Ayesha

 

on trouve aussi la Merveille Sanguine

hortensia Merveille Sanguine

hortensia Merveille Sanguine

 

rouge pourpre et la Sœur Thérèse,

hortensia Sœur Thérèse

hortensia Sœur Thérèse

 

toute blanche comme cela convient symboliquement à une religieuse.

Il y a aussi un arbre qui n’a rien à voir avec Venise et personne ne sait comment il a grandi ici: l’Araucaria,

au premier plan l'Araucaria, épineux dans son écorce et au sommet de ses feuilles et donc appelé désespoir du singe

au premier plan l’Araucaria, épineux dans son écorce et au sommet de ses feuilles et donc appelé désespoir du singe

 

originaire d’Amérique du Sud (Chili) et précisément de la région où vivaient les Araucans (maintenant appelés Mapuches).

Près de la petite zone du jardin actuel,

vue d'ensemble du petit jardin clôturé

vue d’ensemble du petit jardin clôturé

 

détail interne du petit potager

détail interne du petit potager

 

on peut voir un poirier et un grand figuier, et à l’intérieur quelques pêchers et un abricotier; dans le petit jardin, il y a également quelques artichauts ou tomates, des courgettes ou des tiges de salade et quelques plantes de piment.

Sœur Gabriella nous montre fièrement les piments du jardin

Sœur Gabriella nous montre fièrement les piments du jardin

 

Mais il y a seulement quelques années, des zones entières, aujourd’hui de pelouse verte, étaient encore cultivées avec des tomates de différentes qualités.

Selon les mois et les années, les parterres environnants, sont bordés de différentes fleurs, comme des jonquilles naines, des tulipes, des crocus, etc.

Les statues ont disparu pendant la période où le jardin et le palais ont été temporairement abandonnés et à vendre, mais leurs bases sont encore éparpillées un peu partout.

Nous ne pouvons pas quitter le jardin sans jeter un coup d’œil à la lagune nord de la terrasse du casino et le spectacle est à couper le souffle: durant les journées limpides, on peut apercevoir les Préalpes

la lagune vers la terre ferme

la lagune vers la terre ferme

 

et durant les autres journées, on aperçoit néanmoins la terre ferme avec l’aéroport à l’ouest, les îles en face -au nord- parmi lesquelles Murano

: en face Murano et à droite la petite église de l’île de S. Michele

: en face Murano et à droite la petite église de l’île de S. Michele

 

et S. Michele, le seul cimetière de Venise,

l'île de S. Michele

l’île de S. Michele

et à l’est les murs de l’Arsenal.

Ainsi, même dans la transformation de la nature et de la vie, demeurent les traces des hommes du passé, de leurs choix souvent rigoureux et de notre histoire dont, dans nos balbutiements, nous nous souvenons de la richesse avec beaucoup d’amour.

 

Loredana Giacomini
BestVeniceGuides
loredanagiacomini@gmail.com