Tourisme responsable ou être responsable de Venise. Les chemins de traverse de la Cité des Doges.

Tourisme responsable ou être responsable de Venise. Les chemins de traverse de la Cité des Doges.

Je pense qu’il est encore possible de découvrir de sentir et d’aimer Venise tout en la respectant, bien loin des hordes des touristes qui la zappe, il est oui possible d’aller contre courant tel les poissons de la lagune, il suffit d’être accompagné par un guide officiel et local et j’insiste sur le mot local….en lire plus

Deuxième partie: Les Carmes Déchaux à Venise et leur jardin

Deuxième partie: Les Carmes Déchaux à Venise et leur jardin

Dès le début de leur installation à Venise, à la place qu’ils occupent toujours, les frères Carmes DÉCHAUX disposaient d’un beau jardin ; aujourd’hui encore, cette zone est un unicum précieux dans ma ville grâce à la quantité d’herbes médicinales qui y sont cultivées, mais aussi d’un point de vue conceptuel, symbolique, allégorique et «mystique».

Le jardin Contarini Dal Zaffo

Le jardin Contarini Dal Zaffo

Le grand jardin fait référence à une branche de la famille Contarini, l’une des familles les plus anciennes de Venise et la seule à avoir eu huit Doges pour représenter la ville.
Au cours des cinq siècles de son histoire, le jardin a changé plusieurs fois et montre aujourd’hui encore les traces de son long passé mais, en même temps, dans ses grands espaces, la richesse de multiples plantes et fleurs du présent.

Venise comme je l’aime

Venise comme je l’aime

Une ville d’eau, mais sans eau: Venise résolut le problème de l’eau potable recueillant et filtrant l’eau de pluie. Et avec l’occasion on créa des oeuvres d’art: les belles margelles de puit en marbre, en pierre d’Istrie et même en bronze décorent les campi et les cours de la ville depuis des siècles et encore aujourd’hui elles font partie de la vie quotidienne.