Botèga: boutique, atelier, entrepôt. Telle est la définition qu’en donnait Boerio, au milieu du XIXe siècle, dans son “Dictionnaire du dialecte vénitien”. Le mot ‘bottega’ indique aujourd’hui, pas seulement à Venise mais de façon générale, un magasin ou une activité artisanale ayant un accès direct sur la rue.

Ainsi qu’en témoigne une facture datant de 1682, émise par le couvent voisin de San Sebastiano, l’histoire de ‘l’atelier de forgeron’ Tenderini remonte au moins au XVIIe siècle. Il s’appelait à l’époque ‘Officina al Soccorso’, du nom du pont en face duquel il était situé dans le sestiere de Dorsoduro.

Actuellement, l’atelier Tenderini est, sans nul doute, la plus ancienne et l’une des dernières forges vénitiennes. On peut encore y trouver une vieille enclume (dont il est difficile de déterminer l’âge exact) qui, en raison de l’affaissement du terrain, est aujourd’hui beaucoup plus basse qu’à l’origine.

Atelier Tenderini, table avec des outils

Atelier Tenderini, table avec des outils

Originaire de Premana (en Lombardie), la famille Tenderini en acheta le fonds en 1804. Au moment de l’achat, l’atelier était composé d’un grand hangar, d’une cuisine à l’arrière du bâtiment, d’une petite cour et d’une seule pièce au premier étage. Transmise de père en fils jusqu’à nos jours, la forge appartient actuellement à Marco alors que son père Taddeo, maître forgeron, lui apporte encore son aide et ses conseils.

Premana se trouve dans la Valsassina (près du lac de Côme dans la province de Lecco). Cette région, riche en mines de fer, a été longtemps à la frontière entre le Duché de Milan, le canton suisse des Grisons et la République de Venise. Dès la fin du XVIe siècle, de nombreuses familles émigrent de Premana vers Venise. Il s’agit d’artisans locaux, le plus souvent des forgerons, que nous retrouverons ensuite à l’Arsenal ou dans des ateliers de Venise. Il reste encore aujourd’hui une trace de cette immigration dans le nom de certaines familles comme par exemple, les Ratti, Bellati, Pomoni, Fazzini.

La première école de forgerons a vu le jour à Venise en l’an Mille. Outre les forgerons (fravi, en vénitien) la corporation accueillait également des rémouleurs (coltelèri), des chaudronniers (calderèri), des fabricants d’épées (spadèri) et des ferrailleurs (strassa fèri). Initialement située dans l’église des Frari, l’école fut ensuite déplacée à San Moisè. On peut encore en observer la façade aujourd’hui sur le côté de l’église.

Garde-corps de pont, détail

Garde-corps de pont, détail

Garde-corps de pont, détail

Garde-corps de pont, détail

L’art du feu et la ville de l’eau. Le fer est un élément incontournable de Venise. Solide, ductile, discret, on le retrouve sur les murs des palais: les portails, les grilles, les tirants, les poignées, comme sur les canaux: les ‘fers’ de poupe et de proue des embarcations traditionnelles en bois et bien entendu des gondoles. En outre, on trouve encore aujourd’hui, dans le nom des lieux, des traces évidentes de ces artisans et de leurs ateliers (Calle dei Fabbri – la Rue des Forgerons, Riva del Ferro – la Rive du Fer).

Garde-corps de pont

Garde-corps de pont

Ce qui frappe le plus, dans la réalisation de ces objets, c’est le raffinement et le soin apporté aux détails: des lignes douces, des formes simples mais harmonieuses, des boucles et des liens, des motifs de feuillage stylisés et des surfaces arrondies. Chaque objet est doté d’une âme et d’une grâce qui lui est propre. Les œuvres en fer de Venise s’intègrent aux architectures et s’adaptent aux dimensions irrégulières des vides et des pleins. Nulle part ailleurs il est aussi difficile d’installer des objets manufacturés ou moulés, de dimensions standards. Au contraire, chaque objet doit être adapté à la nature irrégulière de la ville.

Intérieur de serrure ancienne

Intérieur de serrure ancienne

Marco Tenderini au travail

Marco Tenderini au travail

L’atelier Tenderini s’est spécialisé au fil du temps dans la réalisation de toutes ces pièces de ferronnerie utilisées aussi bien dans la restauration des maisons, comme les charnières, les grilles en fer forgé, les serrures, que dans celles d’éléments, décoratifs ou pas, de bateaux, mais aussi dans la fabrication d’outils de menuisiers, maçons, marbriers et fabricants de gondoles et bateaux.

L’atelier peut être visité accompagné par un BestVeniceGuide. Il est possible d’y admirer des objets anciens comme des serrures à la décoration intérieure richement ornée dotées de leurs clés, des outils et des modèles de grilles ‘alla galeotta’. Bavarder avec Marco et le regarder travailler permet d’oublier la dimension du temps qui, effectivement, dans cette ville, se dilate d’un instant à l’autre.

Giovanna Gradella
BestVeniceGuides
www.touringvenice.com