Les pavements vénitiens, comme des tapis de marbre coloré

Juin 20, 2021Arts, arts et métiers, églises, histoire, marbre, Non classifié(e), pavements, pavements vénitiens, terrazzo0 commentaires

Colorés et raffinés, les dessins des anciens pavements vénitiens ressemblent à de riches tapis de marbre où les matériaux et les formes changent selon les époques. Venise était un carrefour commercial entre le Proche-Orient et l’Occident, et importait du porphyre grec, turc, africain et égyptien, que l’on retrouve, avec le marbre local, dans les églises et les palais.

Dans les anciennes basiliques de Venise et de sa lagune se trouvent les pavements en mosaïque les plus précieux ; Santa Maria Assunta à Torcello, Santa Maria e Donato à Murano et San Marco à Venise, où l’opus sectile et l’opus tesselatum alternent la création de formes géométriques et le dessin de figures allégoriques avec des symboles païens et chrétiens. Le pavement de Santa Maria e Donato porte la date 1141 gravée à l’intérieur de la grande roue centrale et étonne par la fantaisie de ses géométries colorées et de ses symboles religieux qu’une restauration habile a réussi à restaurer et à sauver des marées hautes, il y a trente ans.

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Santa Maria e Donato, Murano, détail du pavement

Si dans les tableaux de Vittore Carpaccio et des artistes de la Renaissance, les pavements des intérieurs (églises ou maisons) présentent souvent le motif géométrique typique avec des carrés roses/rouges et blancs, à l’époque baroque et au XVIIIe siècle, le ‘terrazzo’ devient décoratif et l’imagination laisse la place à des nouvelles géométries et à des motifs floraux et animaliers. Le ‘terrazzo’ vénitien s’adapte par son élasticité à l’architecture miraculeuse de Venise, qui est construite en grande partie sur la boue et le bois.

Vittore Carpaccio (attr.) - Apparition des Crucifiés, Galeries de l'Accademia, Venise

Vittore Carpaccio (attr.) – Apparition des Crucifiés, Galeries de l’Accademia, Venise

Une visite de la ville est aussi l’occasion de découvrir l’art du ‘terrazzo’, encore actif dans la ville aujourd’hui, et les splendides pavements vénitiens.

Pavement en 'Terrazzo', Palais des Doges, Venise

Pavement en ‘Terrazzo’, Palais des Doges, Venise

Pavement en 'Terrazzo', Ca' Pesaro, Venise

Pavement en ‘Terrazzo’, Ca’ Pesaro, Venise

Au début du vingtième siècle, le noble collectionneur Giorgio Franchetti s’est inspiré aux pavements de Saint Marc dans sa maison sur le Grand Canal, le Palais Cà d’Oro, pour le sol qu’il a conçu et réalisé au rez-de-chaussée, en l’enrichissant de précieux marbres anciens.

Pavement au rez-de-chaussée de la Ca' d'Oro

Pavement au rez-de-chaussée de la Ca’ d’Oro

C’est ensuite l’architecte Carlo Scarpa qui, au milieu du XXe siècle, a suivi et réinterprété la tradition des mosaïques vénitiennes dans le Palazzo Querini Stampalia de Santa Maria Formosa et dans le show-room Olivetti à la place Saint-Marc.

Carlo Scarpa, Fondation Querini Stampalia, détail du pavement

Carlo Scarpa, Fondation Querini Stampalia, détail du pavement

Fiorella Pagotto
BestVeniceGuides
www.veniceartguide.it