L’Art du Feu: Atelier de Forgeron Tenderini

L’Art du Feu: Atelier de Forgeron Tenderini

L’art du feu et la ville de l’eau. Le fer est un élément incontournable de Venise. Solide, ductile, discret, on le retrouve sur les murs des palais comme sur les canaux. En outre, on trouve encore aujourd’hui, dans le nom des lieux, des traces évidentes de ces artisans et de leurs ateliers. Actuellement, l’atelier Tenderini est, sans nul doute, la plus ancienne et l’une des dernières forges vénitiennes.

Venise, le verre et les lunettes. 2ème Partie

Venise, le verre et les lunettes. 2ème Partie

Après l’invention vénitienne des lunettes, comment la forme, la portabilité et la couleur ont-elles changé au cours des siècles ? Quels ont été les développements de la connaissance optique et quand les lunettes ont-elles cessé d’être liées uniquement aux savants et sont-elles également devenues des objets gracieux et rococos des messieurs et des dames de la bonne société ?

La gondole et Venise: un lien indissoluble

La gondole et Venise: un lien indissoluble

La gondole est bien plus que la typique embarcation vénitienne traditionnelle. A travers son historie on évoque l’histoire de la vie de la Sérénissime République de Venise. Voici une petite excursion dans les tableaux de peintres célèbres en voyageant de 1400 jusqu’à nos jours.

Une ville qui épousa la mer: la fête de la Sensa

Une ville qui épousa la mer: la fête de la Sensa

“Desponsamus te, mare, in signum veri perpetuique dominii”: avec cette déclaration d’union sacrée, le jour de l’Ascension, le doge célébrait le mariage de Venise avec la Mer Adriatique, et il faisait glisser dans l’eau de son bateau de parade, le Bucentaure, une bague nuptiale en or. Orgueilleuse affirmation de puissance maritime, mais non seulement, l’origine de cette cérémonie serait à relier à une bénédiction de la mer pour l’expédition maritime en Dalmatie du doge Pietro II Orseolo en l’an 1000. À celle-ci on ajoutera des véritables épousailles à la suite de la tradition légendaire de la remise d’une bague au doge Sebastiano Ziani de la part du pape Alexandre III, au moment de la paix de Venise avec Frédéric Barberousse en 1177. Aucune autre fête et tradition fut plus importante tout le long de l’histoire de la République de Venise. Aucune autre célébration d’autrefois et d’aujourd’hui nous rappelle d’une manière aussi magique et symbolique que l’existence et le destin de cette ville, née sur de la boue, est intimement liée à la mer.